La Técounaise

La Técounaise

Qué t’aïman, ô Técou, nostré poulit bilatsé
Dins lou païs, sios sans parel
     Et coum' un sinné dé couratsé
Toun clouquiè bésin amel cel
Sios tout cintat de prats et de randuros
Et quand dé len, té beï lou bouiatsur
Semblos quillat al miets dé ta berduros
Lou niou risent de l’aousel d’al bounhur
Boulen canta, Técou, ta bouno terro
Qué rescompens' aquel qu’a trabaillat
Digus aïssis couneï par la miséro
Aben dé camps qué dounoun mil et blat
Imitan pas tsampagno ni bourgougno
Nostrés binots sou pas délimitats
Bis dé Técou, dé Marlac, dé Bergougno
Rébiscoulas ta léou qué siés tastats
Plano dal Tarn, siogos pas tant babardo
Dé qu’aourios fats dins lou temps, sé Técou
Tant cranomen, quand mountabo la gardo
Per toun salut abio pas tengut bou

 

 

Que nous t’aimons oh Técou, notre joli village
Dans le pays tu es sans pareil
Et comme un signe de courage
Ton clocher voisine avec le ciel
Tu es tout entouré de près et de haies
Et quand de loin te voit le voyageur
Tu parais, tout dressé au milieu de tes verdures
Être le nid heureux de l’oiseau du bonheur
Nous voulons chanter, Técou, ta bonne terre
Qui récompense celui qui a travaillé
Personne ici ne connait la misère
Nous avons des champs qui donnent maïs et blé
Nous n’imitons pas champagne ni bourgogne
Nos petits vins ne sont pas classés
Vins de Técou, de Marlac, de Bergougne
Vous requinquez sitôt goûtés
Plaine du Tarn, ne sois pas si orgueilleuse
Qu’aurais tu fais dans le temps, si Técou
Si fièrement, quand elle montait la garde
Pour ton salut, n’avait pas tenu bon.